Rassembler ce qui est épars

Gerda Taro, dans l’ombre de Robert Capa

Une forme de résurrection 70 ans plus tard

Partager

Héroïne du photojournalisme Gerda Taro a perdu la vie le 26 juillet 1937, âgée de 26 ans, alors qu’elle voulait témoigner de l’horreur de la guerre d’Espagne. Focus sur une femme hors du commun.

Née le 1er août 1910 à Stuttgart, la jeune Gerta Pohorylle (son véritable nom) s’intéresse rapidement aux mouvements sociaux et ouvriers en Allemagne. Juive, anti-fasciste, elle est arrêtée fin 1933, après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. Un événement qui la conduit à s’exiler à Paris. Gerta entre dans le monde de la photographie en devenant assistante dans l’agence Alliance-Photo. C’est là-bas qu’elle rencontre en 1934 un photographe d’origine hongroise, Endre Ernő Friedmann. Il deviendra son mentor et son amoureux.

Leurs photos se vendant mal, à l’initiative de Gerta le couple décide de changer d’identité. Elle deviendra Gerda Taro, et lui… Robert Capa, un supposé photographe américain de renom dans son pays natal et de passage en Europe. Plus sexy et attrayant.

Ce Soir
Ce Soir

Les deux photographes de guerre couvrent la guerre d’Espagne en 1937 pour le journal «Ce Soir». Si les clichés sont signés de leurs deux noms, c’est Robert Capa qui se fait connaître avec la photo « Mort d’un Soldat républicain ». Un peu plus tard, elle part couvrir, seule, le bombardement de Valence. C’est là qu’elle trouve la mort, écrasée, par accident, par un char républicain. Son enterrement au cimetière parisien du Père-Lachaise, le 1er août 1937, réunit plusieurs milliers de personnes, dont Pablo Neruda et Louis Aragon, qui prononcent son éloge funèbre. Ce jour-là, elle aurait dû fêter ses 27 ans.

Le sculpteur Alberto Giacometti lui dessina sa tombe, avec simplement une vasque représentant Horus, le faucon symbolisant dans l’Égypte antique la résurrection.

L’année suivante, Robert Capa fit paraître « Death in the Making », un ouvrage de leurs photos communes.

L’histoire ne s’arrête pas là. Soixante-dix ans plus tard, en 2007, une valise a été retrouvée à Mexico. Elle contient 4500 négatifs de Gerda Taro, Robert Capa et David Seymour. Des clichés de la Guerre d’Espagne. Un hasard qui a permis d’établir que beaucoup de photographies avaient été attribuées à tort à Robert Capa. De quoi la remettre dans la lumière. Une forme de résurrection.

Photo de Gerda Taro
Photo de Gerda Taro
Tags

Articles liés

Laissez un commentaire

http-www-lizakeen-com
Fermer

Bloqueur détecté

Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur