Life StyleRassembler ce qui est épars

L’expérience à connaître sur la discrimination de Jane Elliott

Sensibilisation et formation à la diversité

Partager

En 1968, les tensions raciales minent l’Amérique. Cette année-là, le 4 avril, à 18h01, Martin Luther King est assassiné alors qu’il se trouve sur le balcon du Lorraine Motel à Memphis (Tennessee). Le 5 avril, Jane Elliott, enseignante à Riceville, une petite communauté blanche de l’Iowa, organise un exercice pour montrer à ses élèves de  huit et neuf ans comment fonctionne la discrimination raciale.

« Je voyais bien qu’ils n’internalisaient rien du tout. Ils faisaient ce que font les Blancs en général. Lorsque des Blancs discutent du racisme, ils vivent en réalité une ignorance partagée », expliqua institutrice au sujet de sa motivation.  Se contenter parler de racisme ne suffisait pas.

Jane Elliott a donc divisé ses élèves, tous blancs de peau, en deux groupes basés sur la couleur des yeux. Elle a dit aux enfants aux yeux bleus qu’ils étaient supérieurs à leurs camarades aux yeux marrons, et elle a dit aux enfants aux yeux marrons qu’ils devaient porter des colliers d’identification, qu’ils étaient moins intelligents et qu’ils se  comportaient plus facilement mal.  Pour les convaincre, Elliott ment aux enfants en leur disant que la mélanine, qui donne aux enfants les yeux bleus, est aussi liée à des niveaux d’intelligence et d’apprentissage plus élevés.  Elle donne aux enfants aux yeux bleus des privilèges.

Résultat, les enfants aux yeux bleus commencent à se comporter avec arrogance avec leurs camarades aux yeux marrons.  Et ces derniers commencent à accepter leur position inférieure. Ils s’isolent d’eux-mêmes pendant la récréation. « Je crois que ces enfants ont marché dans les mocassins d’un enfant de couleur pendant une journée », expliquera-t-elle.

Le lundi suivant l’enseignante a inversé les rôles, et les résultats se sont inversés, à la différence que les enfants aux yeux marrons, ayant déjà fait l’expérience de la discrimination, étaient plus sensibles à la souffrance de leurs pairs aux yeux bleus. L’idée était simple et efficace. Quelque chose d’aussi insignifiant que la couleur des yeux était devenu égal à la discrimination basée sur la couleur de la peau. Ce fût aussi un moyen de démontrer que lorsqu’un groupe était favorisé, les deux groupes assumaient rapidement leur rôle d’opprimés et d’oppresseurs.

Cette expérience devint une référence en matière de sensibilisation et de formation à la diversité.

Tags

Articles liés

Laissez un commentaire

http-www-lizakeen-com
Fermer

Bloqueur détecté

Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur