Rassembler ce qui est épars

Suzanne Noël, la femme qui a inventé pour corriger l’horreur

L'incroyable destin d'un Être remarquable

Partager

Il y a des personnalités qu’il est indispensable de connaitre, des vies, des destins qu’il faut découvrir ou re-découvrir. Suzanne Noël, née Gros, est un parfait exemple. Un parfait exemple d’altruisme et de volonté. Un bel esprit  féministe dans l’âme et dans les actes. Et une incroyable pionnière de la chirurgie esthétique. Malgré les épreuves de la vie.

gueules casséesSuzanne Noël (1878-1954) fût l’une des premières femmes chirurgiens en France. La première à réparer les visages. Issue d’une famille bourgeoise de Laon, elle perd son père à l’âge de 6 ans. Brillante, elle est nommée en 1908 externe des hôpitaux de Paris dans le service du professeur Morestin, pionnier de la chirurgie maxillo-faciale, puis prolonge cette expérience en entrant en 1909 dans le service de dermatologie du professeur Brocq à l’hôpital Saint-Louis.

« Suzanne est intelligente et bosseuse, elle a du cœur, du cran et du caractère. Elle va apprendre le job aux côtés du Docteur Morestin, qui, dès le début de la première guerre mondiale, inventera la chirurgie réparatrice. Morestin que l’on surnommera « le Père des Gueules Cassées », des blessures qu’aucun médecin de l’époque n’avait jamais vues, explique le journaliste d’Europe 1, Marc Messier. Suzanne Noël est extraordinairement douée. Non seulement, la jeune interne a des mains de fée, mais elle possède une sorte d’inspiration artistique, nourrie dans les musées, qui lui permet, lorsque le défiguré n’a plus un seul trait humain, de lui créer entièrement un nouveau visage. »

Alors que Suzanne tente de faire renaître des êtres brisés par les atrocités de la guerre, elle n’est pas épargnée par la vie.

« Entre la fin de la guerre et le début des années 20. Suzanne perdra les trois êtres les plus chers de sa vie. Son premier mari et le second (le docteur André Noël, ndlr), qui s’est suicidé, après la mort de leur petite fille, Jacqueline, emportée par la grippe espagnole, précise Messier. Suzanne survit et ouvre à Paris son cabinet de chirurgie réparatrice. Excellente couturière de la peau, elle va mettre au point les premiers liftings.  C’est elle, aussi, qui imagine les premières techniques de dégraissage par aspiration, qu’on appelle aujourd’hui la liposuccion. » Elle créera également des instruments (craniomètre, gabarits) encore utilisés aujourd’hui.

soroptimistPionnière dans l’esthétique elle agît pour le bien des femmes, comme précédemment pour celui des hommes défigurés. D’autant plus qu’avoir un aspect jeune permettait déjà de retrouver plus facilement du travail. Elle créera la version française de Soroptimist International en 1924, et la version européenne en 1926. C’est un mouvement interprofessionnel, non politique et non confessionnel. Une ONG  qui est « un réseau mondial de femmes exerçant une activité professionnelle et aidant de leurs compétences les communautés locales, nationales et internationales en faveur des droits humains et du statut de la Femme. »

En 1928, elle reçoit la Légion d’Honneur et la Reconnaissance de la Nation, pour sa contribution à la notoriété scientifique de la France sur la scène internationale.

Au printemps 1936, Suzanne Noël perd pratiquement la vue. Elle est opérée mais elle réalise qu’elle ne peut plus exercer au même rythme qu’avant. Elle va alors se consacrer à Soroptimist, en multipliant les antennes à travers le monde.

Arrive  la seconde guerre mondiale, Suzanne passe dans la clandestinité. Elle modifie des visages de juifs et de résistants traqués par les nazis pour les sauver. Après ce nouveau cauchemar, après cette nouvelle guerre ayant anéanti l’Humanité, Suzanne Noël tentera de gommer les traces sur les corps des survivantes des camps de concentration.

Héroïne trop méconnue, elle devient ambassadrice de la chirurgie plastique et du féminisme à travers le monde. Vient le temps de la transmission pour que la science avance, pour que l’émancipation des femmes se poursuive.

Suzanne Noël s’éteint  en 1954. Une bourse portant son nom est mise en place pour que toute femme médecin désirant se spécialiser en chirurgie plastique en ait les moyens.

Tags

Articles liés

Laissez un commentaire

http-www-lizakeen-com
Close

Bloqueur détecté

Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur